nouveaux projets

Education socio-environnementale de la jeunesse et prévention des délits environnementaux dans les zones rurales.

Les vastes ressources forestières de la Guinée-Bissau sont de plus en plus menacées par l’exploitation industrielle excessive, la déforestation et l’absence de services pour la préservation des écosystèmes forestiers. On a observé en effet que les activités industrielles qui se déroulent dans les forêts des villages du Nord et de l’Est du Pays contribuent énormément au pillage des ressources et, conséquemment, à la modification substantielle de l’environnement rural.

C’est pourquoi la Fédération Paysanne KAFO et les populations locales se sont unies pour trouver des solutions à long terme, afin de préserver l’équilibre environnemental local et d’assurer les moyens de subsistance aux personnes vivant près des forêts menacées.

 Cette condition représente un souci réel et légitime pour des milliers de villageois, obligés de revoir leur style de vie traditionnel, fortement dépendant de la forêt. En effet, la déforestation et ses effets sur la disparition des services écosystémiques indispensables à la vie des populations sont une grande menace pour les communautés des 235 villages du Nord et de l’Est du Pays.

Face à un tableau aussi complexe, ce projet vise à mettre en place un programme d’éducation socio-environnementale et de prévention des délits environnementaux, destiné aux jeunes des zones rurales, y compris les étudiants des différents établissements scolaires. Le thème développé est la gestion environnementale ainsi que la bonne gouvernance des espaces productifs et des ressources naturelles.

Par ailleurs, le projet aspire à contribuer à la sauvegarde des biens communs stratégiques pour le développement local et la souveraineté alimentaire, sans oublier le soutien efficace aux initiatives forestières communautaires, à l’aide des inventaires de la flore et de la faune, et de la régularisation de 50 réserves naturelles villageoises, soit plus de 7.850 hectares de forêts.

Résultats attendus 

La population de 235 villages pilote est sensibilisée aux questions socio-environnementales et s’est mobilisée de façon participative pour la prévention et l’atténuation des effets de la déforestation industrielle ; 

  • 2.350 jeunes, formés et organisés en 336 unités locales d’alerte, sont destinées à la supervision des activités et de la correcte gestion locale de l’environnement et des ressources naturelles.

  • 16.450 personnes éduquées et sensibilisées exercent leurs droits de préemption sur les terroirs villageois et les ressources naturelles, et renforcent l’état de cohabitation pacifique et solidaire entre les communautés ; 

  • 336 cellules endogènes de jeunes ruraux développent des initiatives d’éducation et de sensibilisation des populations locales contre les délits environnementaux ;  

  • 50 réserves forestières villageoises (7.850 Ha de forêts naturelles) régularisées et inventoriées, adoptent des plans de gestion communautaire et d’exploitation rationnelle des ressources forestières ;   

  • 4.700 calendriers, affiches et brochures illustrés en langue locale, ainsi que des émissions, des interviews et des débats diffusés par les Radios Communautaires, participent à l’éducation socio-environnementale et à la sensibilisation des populations contre les délits environnementaux ;

Agroécologie-faim : 1-0.

Nous soutenons la transition agro-écologique pour nourrir des villages entiers.

Abeilles sauvages: risque d’extinction.

Nous développons l’apiculture communautaire pour nourrir des villages entiers et défendre la biodiversité.

Cosa abbiamo già realizzato.

Growing up in poverty, children face tough challenges: hunger and malnutrition, limited access to education and medical services, social discrimination and isolation.